Publié le : 16/03/2017 dans Big data, Buzzwords Par : Léa Labatut Tags : Banques

La blockchain : quèsaco ?

Un mot technique expliqué avec des mots simples : voilà le principe des articles buzzword. Ce mois-ci, nous allons élucider le mystère de la blockchain.

Qu’est-ce que la blockchain ?

Outil novateur qui, selon les experts, pourrait bouleverser nos habitudes comme l’ont fait l’imprimerie ou Internet… Elle « pourrait changer le monde » titrait The Economist en octobre 2016… Mais qu’est-ce donc réellement ?

Selon Blockchain France, la blockchain est une technologie de stockage et de transmission de l’information. Elle permet des transactions sécurisées, transparentes et fonctionnant sans tiers de confiance.

  • Sécurisée et infalsifiable car chaque transaction est dupliquée extrêmement rapidement et sur une multitude de registres. En parallèle de ces copies, il y a une auto-correction permanente qui permet d’éviter les attaques et de corriger toute erreur.
  • Transparente car chaque personne peut consulter l’ensemble des échanges. Toutes les transactions sont écrites en clair, donc lisibles et vérifiables. Le seul élément non accessible est l’identité réelle des personnes, on n’a que leur code.
  • Sans organe central de contrôle, c’est-à-dire sans intermédiaire. Le mécanisme de la blockchain fait qu’il n’est pas nécessaire de passer par un tiers de confiance pour sécuriser une transaction comme l’explique le livre blanc « La Relation Client en 2025 ».

Mais au fait, pourquoi appelle-t-on ça blockchain ? Tous les échanges entre utilisateurs sont enregistrés sous forme de blocs de transaction qui, mis bout à bout, forment une chaine.

blockchain

Source : Blockchain France

Usages et enjeux de la blockchain

Retour sur l’origine de la technologie… En 2008, la crise financière marque les esprits et met en exergue la fragilité des banques. Or, les banques sont des tiers de confiance par lesquels passent, jusqu’alors, toutes les transactions monétaires. De là, nait une technologie d’échange sans tiers de confiance, la blockchain. C’est sur cette technologie qu’est basé le bitcoin, monnaie digitale. Mais, l’usage monétaire de la blockchain ne s’arrête pas là. Ainsi, l’Estonie sécurise la plupart de son infrastructure bancaire avec une blockchain et se targue d’avoir le taux de fraude à la carte bancaire le plus bas de toute la zone Euro.

Outre l’aspect monétaire, la blockchain offre également de nombreuses autres possibilités. Le passage d’un fonctionnement centralisé à un fonctionnement décentralisé pourrait en effet s’appliquer à d’autres domaines. Par exemple, au Honduras, une entreprise a transformé en blockchain les titres de propriété foncière qui étaient au format papier. Aux Etats-Unis, Walmart tente d’associer IoT et blockchain pour améliorer la traçabilité des produits alimentaires. Bref, les opportunités sont variées. Et concernant la Relation Client ? Pour l’instant, le lien entre les deux thématiques n’est pas forcément très explicite. Peut-être qu’en cas de litige entre entreprise et client, la blockchain permettrait d’avoir accès à des données véridiques, figées et validées par tous les utilisateurs. Enfin, pour l’instant, ce n’est qu’une supposition !

Par ailleurs, la blockchain implique l’émergence de « smart contracts » ou « contrats intelligents ». Ces derniers sont basés sur un système de transaction sous contrainte. Concrètement, une transaction est validée par un réseau décentralisé -sans tiers de confiance- qui va confirmer qu’un contrat a été exécuté correctement ou non. Cette application suscite la curiosité car elle n’est possible que dans la blockchain, mais pas dans la vie réelle.

Ce qu’il faut en retenir

La blockchain fonctionne sans tiers de confiance, elle est inattaquable et s’auto-corrige. Pour vulgariser au mieux cette technologie, le mathématicien Jean-Paul Delahaye a écrit qu’elle peut s’apparenter à « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement, gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, qui est impossible à effacer et indestructible ».

Elle représente un enjeu économique majeur car toute transaction qui y est faite est très peu chère. Il s’agit d’une technologie très prometteuse qui, pour l’instant, n’en est qu’à ses prémices. Tout le monde tâtonne pour savoir comment l’utiliser de façon optimale. Une chose est sûre : c’est un sujet d’avenir auquel les entreprises devraient s’intéresser pour prendre le virage au moment opportun.

Comme vous l’avez constaté, l’article buzzword de ce mois-ci est relativement dense… J’espère que vous en terminez la lecture avec une vision (un peu) plus éclairée du sujet ! 🙂

Et vous, quelles applications futures pressentez-vous ?

Partager cet article
Lire également
Leave a comment