robots-intelligence-artificielle
Publié le : 08/03/2017 dans Big data, Objets connectés Par : Léa Labatut Tags :

Nos métiers seront-ils faits par des robots ?

Elle intéresse, attire, inquiète… L’intelligence artificielle ne laisse personne indifférent. Les chiffres ne mentent pas : 67% des digital natives sont disposés à acheter directement auprès du robot d’une marque. Et 45% des emplois pourraient être automatisés en utilisant des technologies déjà existantes. Impressionnant certes, mais ce phénomène doit-il nous inquiéter ?

Des générations nées avec la technologie

Les digital natives sont déjà près de deux tiers à interagir avec les fameux chatbots. Cette aisance technologique leur est naturelle. Alors pourquoi s’en priver ? Les marques l’ont d’ailleurs bien compris. Elles intègrent la technologie et l’IA dans leur stratégie de marketing pour enrichir l’expérience client. Ainsi, selon l’Observatoire de l’ePub, les investissements en publicité programmatique ont bondi de 61% en France en 2015. En quelques mots, la publicité programmatique est la possibilité, grâce à des algorithmes et l’analyse de données, de proposer la bonne publicité, à la bonne personne, au bon moment. Les robots sont alors au service des équipes marketing pour une meilleure pertinence et performance des campagnes publicitaires.

Intelligence artificielle : les avancées

Les consommateurs sont de plus en plus connectés. Ils génèrent des millions de données qui peuvent, et doivent, être analysées. Pourquoi ? La connaissance client est décuplée. La prise de parole de la marque est personnalisée. L’IA, alias l’intelligence artificielle, se nourrit donc de l’ensemble de ces données pour accompagner, au mieux, chacun de nous. Par exemple, Carrefour a mis le robot Pepper au service de ses clients. Il accueille, conseille, recommande, oriente… En parallèle, la filiale japonaise de l’agence de communication McCANN a créé le buzz en prenant un robot en tant que Directeur de Création. Coup de pub ? Effet de mode ? Quoiqu’il en soit, ce robot ne se débrouille pas entièrement seul. Il doit être accompagné par des équipes humaines pour concrétiser les projets, les présenter et y ajouter l’émotion nécessaire.

Robots et humains main dans la main

Faut-il craindre que nos métiers soient remplacés par des robots ? Les experts débâtent avec énergie. Selon Michel Nachez, cyber-anthropologue à l’université de Strasbourg, c’est une vraie menace pour le personnel des entreprises. Néanmoins, pour des questions complexes ou pour analyser des émotions, l’intervention humaine reste nécessaire. « Le cerveau artificiel est encore loin de réellement percer » observe Yan Claeyssen (directeur général de Publicis Eto) dans le livre blanc La Relation Client en 2025. Et n’oublions pas que les machines ont besoin des humains pour les alimenter et les aider à apprendre. L’intelligence artificielle et les robots sont « intéressants pour optimiser le travail des équipes dans les centres de contact », comme le soutient Patrice Mazoyer, président de Colorado Group.

 

Quoi qu’il en soit, nous n’avons qu’une seule certitude : à l’heure de la transformation de la Relation Client, les entreprises ont tout intérêt à adopter des stratégies de test&learn. Continuons donc à nous former pour évoluer dans un environnement en pleine mutation.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

 

Partager cet article
Lire également
Leave a comment